Inscription à la newsletter


Publicité

Guillaume le Conquérant

Gilles Pivard a dessiné la vie du Conquérant, façon "Tapisserie de Bayeux".


Un site à découvrir : "Telle une tapisserie ", une vidéo et le tout qui mériterait un livre illustré pour les jeunes et les moins jeunes !
Une belle réalisation de Gilles Pivard.







Partager ce site

Le Professeur François Gay nous a quittés

Mardi 29 Janvier 2019

​​Communiqué n°266 - Semaine 5


Nous avons appris avec tristesse la disparition de François Gay, géographe, ancien professeur de l’Université de Rouen.

Sans revenir sur sa carrière universitaire – le nombre de ses publications est considérable : c’était un savant et un maître –, il faut rappeler qu’il fut souvent invité à participer à maints colloques dans des universités étrangères, en Amérique du Nord notamment.

 

François Gay a effectué toute sa carrière universitaire à Rouen, et ce, avant même que le Collège littéraire universitaire de cette ville ne devînt faculté et Rouen le siège d’une nouvelle université. C’est à cette époque que nos chemins se croisèrent : François Gay voulait que Rouen fût une Université de plein exercice, comme nous, à la Fédération des Étudiants de Rouen, qui œuvrions dans le même sens. Plus tard, d’ailleurs, François Gay, « Breton du Havre », fut partisan de la création d’une autre université dans cette ville. Pour lui, comme pour nous, il n’y avait pas incompatibilité entre la multiplicité des universités normandes et l’unicité toujours souhaitable du monde universitaire normand.

 

Dès la création du Mouvement Normand, dont le principal objectif était, déjà en 1969, la réunification de la Normandie, le professeur Gay nous apporta son soutien, puis son adhésion, nous conseillant souvent, tant au plan doctrinal que par son entregent. Ce fut un passeur d’idées en matière de décentralisation / régionalisation et le Mouvement Normand lui doit beaucoup.

La Normandie lui doit encore plus : ses nombreuses études, notamment sur la Basse Seine, la ville nouvelle de Val-de-Reuil, la vocation maritime de la Région, en ont fait un interlocuteur incontournable pour tous les hauts fonctionnaires et les responsables élus, amenés à réfléchir sur le devenir normand. Ce n’est pas un hasard si le professeur Gay a tenu à bout de bras, pendant des années, la revue « Études Normandes ». Grâce à elle, grâce à ses travaux, le monde universitaire n’a pas été absent de la lutte pour la réunification normande.

François Gay a été à l’origine du « Groupe de réflexion des Quinze géographes normands », dont l’intervention dans le débat qui a précédé le redécoupage des régions de la France a été décisive pour réunifier la Normandie. Si le pouvoir central a unifié la Normandie – seule Région de France à pouvoir se targuer d’avoir retrouvé sa cohérence –, il est indiscutable que la caution universitaire des Quinze géographes a pesé autant que le sentiment d’appartenance et de fierté normande que nous représentions depuis des décennies.

Cela, nous ne l’oublierons pas

 

C’est la raison pour laquelle, lors de la réunion de nos instances, le 2 avril 2016, il a été décerné à François Gay le titre de membre d’honneur du Mouvement Normand, hommage que notre ami, présent, apprécia particulièrement.

 

Le dernier combat de François Gay pour la Normandie fut dans sa conviction, partagée par ses collègues géographes, que l’avenir de la Région reposait sur la constitution d’une Métropole normande, rassemblant dans un même ensemble, entre la métropole de Rouen – Normandie, les pôles métropolitains de Caen – la Mer et du Havre – Estuaire, afin de contrebalancer l’influence léonine du Grand Paris. Participant à presque tous les déjeuners-débats de l’Association Normandie – Axe Seine, François Gay ne manquait pas de rappeler qu’il fallait une structuration urbaine métropolitaine unique pour la Normandie.

Le Mouvement Normand a fait sienne cette ambition régionale et nous le devons à François Gay.

 

L’homme, lui-même, était un symbole de tolérance et d’ouverture. Européen convaincu, il admettait que l’on puisse regretter les dérives technocratiques d’un système complexe impacté par la financiarisation de l’économie. Très attaché à la démocratie, c’était un homme de dialogue avec lequel il était toujours passionnant de discuter, soit de vive voix, soit par internet (il en était friand !).

 

François Gay aura marqué son époque. Il a bien mérité de la Normandie.


Didier PATTE, porte-parole et ancien Président du Mouvement Normand

Pour toute correspondance : 
• Didier Patte. 87, rue de la République. 76940 – La Mailleraye sur Seine (Commune nouvelle d’Arelaune en Seine)
• d.patte948@laposte.net

La Rédaction