TVNC : Normandie, d'actions et d'infos




Inscription à la newsletter


Publicité

Guillaume le Conquérant

Gilles Pivard a dessiné la vie du Conquérant, façon "Tapisserie de Bayeux".


Un site à découvrir : "Telle une tapisserie ", une vidéo et le tout qui mériterait un livre illustré pour les jeunes et les moins jeunes !
Une belle réalisation de Gilles Pivard.







Partager ce site

La Normandie au secours de Paris

Mercredi 15 Avril 2020

​​Communiqué du Mouvement Normand - n°270 - 14 avril 2020


La Normandie au secours de Paris
L’opposition Paris et province est un peu une image d’Épinal en France, mais la situation déclenchée par l’épidémie de Covid19 en est malheureusement une illustration bien réelle. Voici quelques faits qui l’illustrent et qui ne sont pas en faveur de Paris, à la fois métropole et capitale, centre de décisions.

La Normandie terre de vacances mais terre de refuge

Comme nous le citions dans notre communiqué n°269 du 04 avril, d’après Hervé Morin, président de la région, 300 parisiens gagnent la Normandie chaque jour (Le Point du 27/03/2020). D’après la presse régionale, ce sont 120 à 130.000 parisiens « réfugiés » en Normandie dans l’ensemble des département, comme c’est le cas sur la facade nord-ouest de la France (Ouest-France du 23 mars 2020).
Il est malheureusement difficile à l’heure actuelle d’obtenir les chiffres concernant les départs en vacances de la semaine dernière. Mais il est certain que la région est une terre d’accueil et d’asile pour de nombreux parisiens. Si ces déplacements sont peu prudents en raison de la contamination possible que ces populations portent, ils sont compréhensibles. Le manque de prévision des pouvoirs publics pour les contrôler étant lui questionnable, un tel exode étant assuré après les annonces officielles du gouvernement. Or rien n’avait été mis en place, ou prévu à quelque niveau que ce soit.
D’autant plus que dans les zones rurales où viennent les réfugiés parisiens, les moyens sanitaires, entre le désert médical normand et les hôpitaux en démantèlement, ne sont pas en mesure de prendre en charge une épidémie importante.
Typiquement une situation où les collectivités locales et régionales auraient dü se voir confier l’organisation du confinement de ces populations migrantes de Paris vers la Normandie. Une absurdité de centralisme parisiannisé.

La Normandie à la rescousse de Paris

Parlant de moyens hospitaliers, depuis le mercredi 1er avril, 52 patients parisiens, ou d’Ile de France, ont été répartis entre les CHU de Caen et de Rouen, les centres hospitaliers de Bayeux, Cherbourg, Flers, Le Havre, Dieppe, Elbeuf, la clinique Saint-Martin (Caen) et la polyclinique du Parc (Caen). Là encore, une nécessaire solidarité nationale s’impose face à l’ampleur du phénomène de l’accueil hospitalier.
D’autre part, le Dr Bruno Devaux, médecin rouennais à la clinique Saint-Hilaire, a annoncé le vendredi 3 avril 2020, le départ d’un renfort rouennais pour Paris.
Ayant reçu un appel à l'aide de leurs collègues d'Île de France et en plus de l'aide fournie au CHU et des lits rendus disponibles pour accueillir des patients contaminés ou en réanimation, la clinique Saint Hilaire a décidé d'envoyer des soignants en urgence sur la région parisienne. Grâce à la mobilisation de l'équipe de direction et des volontaires, l’équipe de renfort est partie à 16 (11 infirmiers, 2 infirmiers anesthésiste, 3 médecins anesthésistes réanimateurs). Direction la clinique Ambroise Paré, dans les Hauts de Seine. En effet, celle-ci étant passée de 16 à 51 lits de réanimation au début de l'épidémie, elle ne pouvait ouvrir une unité supplémentaire faute de personnel. Les personnels normands vont permettre cette ouverture, évitant des transferts de malades dans d'autres régions. L'idée est de faire déplacer les soignants plutôt que les patients de réanimation. Une logistique importante a été mise en place (information reprise par Paris-Normandie le 07 avril)

La Normandie « donne » ses masques

La Région a commandé deux millions de masques FFP1 le dimanche 22 mars, en partenariat avec les départements de la Manche, du Calvados et de l'Orne.
« Nous en avons reçu mercredi 150.000 au lieu des deux millions commandés. Le reste nous sera livré le mardi 14 ou le mercredi 15 avril »
a déclaré Hervé Morin, le 03 avril, lors de la livraison. Et d’ajouter :
« L’État, via Santé publique France, a réquisitionné une partie du stock de masques qui nous étaient destinés, ils se trouvaient déjà à bord du 747 qui a atterri à Roissy hier ».
Deux millions de masques FFP1 correspondent à 10 jours de consommation des hôpitaux normands. Une autre commande a été passée par la Région. Elle concerne 500.000 masques de type FFP2, des masques qui doivent être produits en France, par une entreprise savoyarde. La livraison est attendue la semaine prochaine.
« Normalement, notre mission en tant que Région n’est pas d’acheter des masques et il faudra qu’on nous explique à un moment ou à un autre comment on a pu en arriver là ».
estime le président de la Région Normandie.
Et, en effet, là précisément une région fait le travail, et remplit le devoir que l’État s’est arrogé, dans une optique de remédiation à un manquement de l’État.
Cette initiative pleine de bon sens, de pragmatisme réaliste et de subsidiarité bien comprise en vue du bien commun des administrés de la région, se voit préemptée par l’État fauteur au premier chef.

Générosité normande et responsabilité parisienne

Cette solidarité toute naturelle doit faire prendre conscience à Paris, ville et centre de décisions de l’État, de la nouvelle dette qu’elle entretient avec la province en général et la Normandie en particulier. Elle doit aussi faire comprendre que l’organisation des soins et du maillage médical doit être organisé en collaboration avec les régions et en fonction de leurs besoins réels. Car il est facile de priver les Normands de soins par manque de réalisme, par de petits calculs à courts termes, et au final par abandon de l’État, dans des prérogatives qu’il s’est lui-même arrogées.
Nous ne cessons de rappler le manque de médecins, l’Eure étant, par exemple, le département de France comptant le moins de médecin par habitant, de spécialistes, d’infirmiers et d’hôpitaux géographiquement proches des gens, criant en Normandie, et nous n’avons cessé de le dénoncer, d’avertir et de proposer de solutions. Nous ne sommes pas qu’une région de villégiature bucolique pour parisiens qui ont un accès complet aux soins une fois à Paris. Les citoyens normands, tous les citoyens normands doivent avoir un accès le plus complet possible à des soins de qualité, dignes de la France du XXIème siècle, et pas d’un pays en voie de tiers-mondisation. Mais il est également temps que les Normands exilés à Paris et les parisiens de Normandie se comportent aussi comme tels, et non en parisiens ayant une résidence secondaire en Normandie. Ils doivent à nouveau s’organiser en réseau et association de Normands de Paris et agir en citoyens responsables pour le développement de leur région normande. Cette crise, où la centralisation étatique montre ses limites peut aussi être le moment d’une prise de conscience salutaire.

La commission exécutive du Mouvement normand

La commission exécutive du Mouvement Normand
Mouvement normand
BP06 – 27290 Pont-Authou
mouvement.normand@wanadoo.fr
www.mouvement-normand.fr
La Rédaction