Inscription à la newsletter


Guillaume le Conquérant

Gilles Pivard a dessiné la vie du Conquérant, façon "Tapisserie de Bayeux".


Un site à découvrir : "Telle une tapisserie ", une vidéo et le tout qui mériterait un livre illustré pour les jeunes et les moins jeunes !
Une belle réalisation de Gilles Pivard.








Partager ce site

L’illusion de la communication, la réalité de l’action quotidienne

Samedi 27 Juillet 2019

​Communiqué du Réseau citoyen du Cercle Normand de l'Opinion


Malgré le catastrophisme sans nuance des prophètes intéressés de l’écologisme punitif, il faut tenir compte de l’expertise des scientifiques qui, en déclarant que la planète était entrée dans l’ère de l’anthropocène – c’est-à-dire d’une période de l’évolution dont le moteur est une activité humaine déréglée – préconisent des changements urgents dans notre genre de vie. Peut-être négligent-ils les capacités de résilience d’une nature qui a connu des avatars au cours des millénaires (glaciations, réchauffements, volcanisme), mais le fait est là : la Terre, notre Terre, va mal, l’homme y est pour beaucoup. Il faut réagir…
 

En remettant le Prix Liberté à l’adolescente Greta Thunberg, la Région Normandie a voulu dresser un parallèle, à l’issue du « Davos pour la Paix », entre la lutte passée pour recouvrer notre indépendance et la liberté (la présence de vétérans de la Bataille de Normandie de 1944 était significative) et le combat naissant d’une jeunesse incitant les anciens et les dirigeants à l’action contre le dérèglement climatique.

C’était sympathique, même si le numéro convenu d’une marionnette n’apporte rien de plus aux démonstrations chiffrées des scientifiques. Ce n’était que de la communication, ce carburant si nécessaire pour émouvoir les foules. L’opinion publique, disait Napoléon III, c’est comme les baïonnettes, on ne peut s’asseoir dessus. Greta Thunberg a ainsi le mérite de réveiller l’opinion publique.

Il y a donc la communication et ses illusions et il y a en même temps les actions concrètes des États (trop peu) et des collectivités locales (jamais valorisées). Ne négligeons pas non plus l’action quotidienne des citoyens.

 

La Région Normandie, rien qu’en 2019, a mené les actions suivantes :

  • En janvier : réaffirmation du partenariat avec les quatre Parcs naturels régionaux ; le Plan Hydrogène pour la Normandie, une stratégie forestière pour la Région.
  • En février : création d’un Centre régional de la pêche, de l’aquaculture et de la conchyliculture (CENOPAC) ; présentation des lauréats de l’édition 2018 de « l’appel à manifestation d’intérêt pour une économie circulaire »
  • En mars : dans le cadre du Plan régional de prévention et de gestion des déchets, la Région lance le nouveau dispositif IDÉE Action « Réduction et Valorisation des déchets » ; elle mobilise ses « ambassadeurs », notamment sur la protection des paysages.
  • En avril : lancement de l’enquête publique pour le projet de Schéma régional d’Aménagement, de Développement durable et d’Égalité des territoires (SRADDET) ; 21 millions d’euros pour 14 villes de la Reconstruction, notamment en matière de tempérance énergétique.
  • En mai : la Région soutient les alternatives au glyphosate.
  • En juin : la Région s’engage pour développer et la protection du littoral.

Ajoutons à ces actions ciblées, l’appui aux circuits courts, le choix d’une part significative de produits bio dans les cantines de collectivités, la défense des A.O.C., etc.

L’ensemble, finalement, définit une politique environnementale soucieuse de sauvegarder – A NOTRE ÉCHELON – la santé de la planète.

 

Pour en revenir à Greta Thunberg, elle n’échappe cependant pas à la contradiction en remettant une partie de son prix à un lobby anti-nucléaire, elle ne lutte pas ainsi contre le réchauffement climatique. En prônant la déscolarisation des jeunes, elle les démotive par l’ignorance programmée.


Caen, le 28 juillet 2019
C.N.O.



La Rédaction