Menu


 



Inscription à la newsletter








Partager ce site

L'agité du bocal…

Mardi 28 Août 2018

Communiqué du Réseau citoyen du Cercle Normand de l'Opinion


 

Tristan DUVAL, Maire de Cabourg, est un homme pressé. Il doit avoir des ambitions : ce n’est pas un reproche. Il aime faire sa publicité, indice d’une certaine vanité. Il se pose en s’opposant, exercice facile, surtout lorsqu’il s’agit de « débiner le copain », d’autant plus vulnérable qu’il est proche. Autrement dit, on reste avec lui dans le superficiel, l’aigreur ou la forfanterie : on ne peut dire qu’il élève le débat…

Par trois fois ces temps derniers, Tristan DUVAL a cru se distinguer en se lançant dans des polémiques assez vaines, destinées surtout à asseoir une notoriété dans une presse qui adore l’anecdotique, la dispensant ainsi d’aborder les questions essentielles.

 

  • L’affaire de l’immersion des sédiments provenant du dragage du chenal maritime menant au port de Rouen lui a permis de se parer du titre de grand défenseur de la pureté des plages du Calvados. On connaît l’histoire. Pour améliorer la profondeur du tirant d’eau pour les navires devant se rendre à Rouen, des campagnes de dragage râpent le lit de la Seine et les sédiments sont rejetés par clapage en mer. Cela ne date pas d’hier. Il apparaît que la fosse du Kannick, au large du Havre (à 13,8 km de Deauville) est maintenant pleine et que, de ce fait, les futurs clapages devraient se produire sur le site du Machu, situé plus loin (17,9 km). S’agit-il seulement de sédiments ou sont-ce des déchets ? Il est légitime de se poser la question. Les enquêtes publiques et les rapports d’expertise ont, semble-t-il, répondu à la question. Les recours en justice, notamment déposés par des associations de protection de l’environnement, n’ont pas abouti. Encore une fois, ces contestations sont normales. Ce qui l’est moins, c’est la propension du Maire de Cabourg à considérer le Grand Port Maritime de Rouen comme une sorte d’ennemi, vestige sans doute de l’ancienne suspicion d’un tenant de la division normande toujours prompt à dégainer contre les villes de la vallée de la Seine.
 
  • Tristan DUVAL s’est manifesté plus tard en faisant beaucoup de bruit à propos du projet de reconstitution de la Mora, le navire de Guillaume le Conquérant lors de la traversée vers Pevensey. Le chantier pourrait se réaliser à Honfleur. Jaloux du Maire de Honfleur, le Maire Cabourg a protesté contre la « faveur » que se serait arrogée la cité d’Alphonse Allais et d’Erik Satie. Beaucoup d’esbrouffe pour une querelle subalterne (cf. Répliques Normandes du 22 mai 2018).

 

  • Plus récemment, Tristan DUVAL a accusé, dans la presse et par affiches, la ville du Havre de rejeter sur la plage de Cabourg des déchets provenant de la décharge Dollemard, grignotée petit à petit par la mer. Accusation lancée à grands sons de trompe sans la moindre étude prouvant sa véracité. Cela a suscité une réponse cinglante du Maire du Havre, arguant de l’avis des experts montrant que les courants rendent peu probable la dénonciation plutôt rapide du Maire de Cabourg… qui, depuis, baisse de ton.

 

Le Cercle Normand de l’Opinion conseille à Tristan DUVAL de se calmer et, surtout, de considérer que la solidarité inter-normande vaut beaucoup mieux que les querelles de voisinage d’egos et les postures rétrogrades de ceux qui n’ont pas encore admis l’intérêt supérieur de la Normandie.Décidément, aigreur… bocal…
Cela fait penser à bocal à cornichons !

 

Blonville-sur-Mer, 28 août 2018

C.N.O.




La Rédaction