Connectez-vous S'inscrire
Mercredi 1 Octobre
TVNC

Bienvenue sur TVNormanChannel, web télé de notre monde normand.


Au pays des thuits, des londes et des mares…

Lundi 9 Janvier 2012

Communiqué hebdomadaire du Mouvement Normand


Au pays des thuits, des londes et des mares…
Commençons l’année avec une note agreste et qui pourrait se révéler pleine d’agrément…

            Un article récent du Courrier de l’Eure (7 décembre 2011) a ravivé notre mémoire et réactualisé une de nos préoccupations environnementales : la réhabilitation des mares, élément essentiel et typique du paysage normand, remontant à la haute Antiquité, ravivé lors de la venue des Vikings (le mot « mare », attribué à ces points d’eau, même s’il est d’origine latine – mare = la mer – est un usage éminemment scandinave : les envahisseurs nordiques ayant utilisé un terme générique et large pour désigner les étangs naturels comme ces réserves d’eau creusées de mains d’hommes et qu’ils trouvaient dans tous les domaines agricoles).
            Il nous souvient que nous avions défini le Roumois comme le « pays des thuits, des londes et des mares : trois mots d’origine scandinave (les thuits = les essarts, les londes = les forêts et les bois, les mares) que l’on retrouve à satiété dans cette zone très marquée par des implantations vikings (au plan toponymique).
            Le reportage de notre confrère du Courrier de l’Eure s’intitule : « Les mares du canton de Bourgtheroulde se refont une beauté » et il explique le contenu d’un programme triennal du SYDAR (Syndicat d’Aménagement du Roumois) visant trois objectifs avec la réhabilitation de douze mares : gestion des ruissellements et des eaux pluviales, protection de la ressource en eau, protection de la biodiversité, notamment de plusieurs espèces protégées d’amphibiens, grenouilles, tritons, crapauds.
            Cette préoccupation n’est pas nouvelle et on ne remerciera jamais assez M. Jérôme Chaïb, de l’Agence Régionale de l’Environnement de haute Normandie – AREhN –qui, depuis plusieurs décennies, s’est fait le défenseur infatigable de la mare normande. (A vrai dire haut-normande, puisqu’absurde division il y a, mais les recherches de cet écologue sont évidemment valables pour l’autre moitié de la Normandie…). Dans des articles repris par maints médias, Jérôme Chaïb a fait le recensement du patrimoine des mares, en a dressé l’historique – à partir des cadastres anciens – et la typologie.
            Il ressort de ces études que, si la mare a été et est toujours un élément essentiel et agréable du paysage normand, elle a subi une désaffection telle que 90% des mares ont disparu, qu’il en reste tout de même 14 000 en haute Normandie (combien en basse Normandie ?) et que l’on redécouvre l’intérêt de certaines de ses fonctions.
            Certes, elles ne servent plus au lavage des laines, au rouissage du chanvre ou du lin, à la fabrication du cidre, à la consommation en eau des êtres humains et elles ont subi la concurrence de l’adduction d’eau potable vers le moindre des hameaux… Ce qui est une prouesse, ne l’oublions pas, dans un pays d’habitat dispersé… De là le comblement de nombre d’entre elles, qui a fait suite au non – entretien de ces points d’eau apparaissant superfétatoires… De multiples inconvénients ont rappelé à la population que les mares pouvaient avoir d’autres utilités et un intérêt esthétique, écologique et paysager irremplaçable. M. Philippe Clément – Grancourt, conseiller général du canton de Goderville et, alors, président du Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement (CAUE) de Seine – Maritime, déclarait dans un interview à Paris-Normandie, le 2 mai 2000 : « Notre canton, le triangle Goderville – Saint Romain – Fauville, détient le record départemental des chutes de pluie, avec 1 200 mm en moyenne chaque année. A la suite des inondations de ces dernières années, notre communauté de communes a pris la décision de tenter d’enrayer les ruissellements. La manière la plus administrativement rapide est la création de mares destinées à recueillir les eaux ». Ce que confirme M. Jean-Paul Hornoy, professeur – documentaliste dans le Roumois, dans un entretien avec le Courrier de l’Eure du 9 octobre 2002 : « Les nouvelles mares sont avant tout décoratives. C’est un patrimoine local, agréable à visiter et à contempler. Ensuite, tous les nouveaux lotissements sont dotés de mares. Dans ces grandes zones bétonnées, elles servent de réceptacle pour l’eau et, en même temps, elles sont décoratives. On joint l’utile à l’agréable. Enfin, il y a aussi des mares de lagunage. Elles stockent l’eau et pompent naturellement les matières toxiques pour les éviter de se déverser dans les nappes phréatiques. Les mares conservent aussi leurs anciennes fonctions : abreuvoirs naturels pour animaux, réserve d’eau en cas d’incendie ».
            Que les mares, véritables réservoirs de biodiversité, fassent l’objet de programmes pérennes de réhabilitation et d’entretien est certainement une politique d’avenir, durable comme on dit aujourd’hui. Elle mobilise plusieurs financeurs, communes, CDC, Agence de l’Eau Seine – Normandie, Etat, Conseils généraux et Région. L’effort est donc collectif et c’est très bien ainsi. L’effort est réfléchi et c’est encore mieux. Car il ne s’agit pas de faire n’importe quoi : il faut curer les mares envahies par les boues, reprofiler les berges, lutter contre les plantes invasives (la Renouée du Japon par exemple), réintroduire des plantations idoines, permettant notamment le filtrage des eaux, éloigner les sources de pollution par les pesticides, restructurer l’environnement paysager, etc… Cela coûte, évidemment, mais que l’on considère l’extraordinaire pouvoir attractif d’une belle étendue d’eau et l’on, acceptera les dépenses d’un tel embellissement de notre environnement, si utile par ailleurs.
            Le Mouvement Normand et l’Organisation Normande de Défense de l’Environnement appuient sans réserve cette politique de réhabilitation de nos mares qui contribue à restituer la beauté du paysage normand.
 
Edwige Le Forestier
Pour le Directorat Turquoise (Problèmes écologiques et environnementaux) du Mouvement Normand et l’Organisation Normande de Défense de l’Environnement (O.N.D.E.) 

Rédaction TVNC